SODELUX – la maîtrise de l’eau

Belle rencontre chez SODELUX, une entreprise familiale à taille humaine.

Si la majorité de nos sponsors sont des personnes qui nous sont connues, voir familières, Jean-Marc Lardot l’administrateur délégué de SODELUX nous était inconnu. D’où l’envie d’aller à sa rencontre pour découvrir l’entreprise et l’homme qui est en coulisse.

L’entreprise SODELUX a été créée par Monsieur Lardot il y a maintenant 28 années. A cette époque l’activité était uniquement centrée sur la fourniture de matériel pour la distribution d’eau. Monsieur Lardot a rapidement pris conscience qu’avoir une seule corde à son arc pouvait mettre en péril la pérennité de son entreprise. C’est à partir de ce constat qu’il a progressivement diversifié ses activités.

Sont alors apparues successivement la fourniture de matériel d’égouttage, de fonte de voirie, de séparateur d’hydrocarbures.

Lorsque le fils de monsieur Lardot a rejoint l’entreprise, une nouvelle branche a vu le jour : la fourniture de signalisation routière et de mobilier urbain.

L’épouse de monsieur Lardot a également rejoint l’entreprise. Forte d’une expérience d’ingénieur, madame Lardot a développé toute la branche électromécanique composée de stations de pompage, du traitement des eaux de piscine, des coques de piscines et du traitement des eaux pluviales par ultra-violets.

La dernière branche : la location de sanitaires mobiles. Celle-ci fut imaginée et mise en place avec l’objectif d’éviter une restructuration et de conserver l’ensemble du personnel. Pari une nouvelle fois gagnant.

Monsieur Lardot a toujours préféré travailler avec des partenaires régionaux. Il privilégie les contacts humains établis sur base d’un tissu de relations solides dont certaines sont devenues au fil des ans pratiquement des amitiés.

A la question pourquoi avoir choisi de soutenir notre projet ?

Jean-Marc répond avec des étoiles dans les yeux : « ce que vous faite là, j’ai rêvé de le réaliser ». Il poursuit en brossant le tableau de ses multiples années de pratique de moto enduro, durant lesquelles il a roulé sur à peu près tous les modèles de Honda XR. Il en garde une multitude de souvenirs de paysages et de partages conviviaux entre copains.

Jean-Marc connait aussi l’Afrique. En réalisant plusieurs voyages à Conakry en Guinée pour pratiquer la chasse en brousse, il a découvert, au détour des pistes Africaines, des paysages époustouflants.

Il connait également l’Afrique, au travers d’un projet mené il y a environ 15 années, par son père qui s’est investi dans la réalisation d’un barrage et la mise en place d’éoliennes au Sénégal, à la pointe Saren. L’eau du barrage et l’énergie des éoliennes ont permis l’arrosage des terres arides et le développement du maraichage. Cela a permis à un village de 5 000 personnes de cesser la pratique d’une pêche très risquée en haute mer lors de laquelle ils se frottaient aux navires de pêche Chinois. Ce village alimente aujourd’hui la capitale du pays en produits de maraichage.

Notre entrevue se terminera par deux mises en garde : « Faite attention à la désillusion que vous risquez d’éprouver lors de votre expérience Africaine » et « prenez garde à vous, avec la fatigue la chute arrive sans prévenir, certain ne sont pas revenus ! »

Finalement il y a de nombreux points communs entre Jean-Marc et Cair-O-Cap : l’eau, la moto, l’Afrique, l’exploration, l’investissement humanitaire, et le plus important les relations humaines.

Merci Monsieur Lardot pour cet échange certes trop court, mais tellement riche humainement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.