Les motos nous rejoignent

Les caisses sont enfin arrivées, ce ne fut pas sans mal nous avons finalement attendu une semaine. Je vous assure que nous avons appris : d’une part à relativiser et d’autre part à ne rien faire. Et avec un peu de persévérance, nous devons bien l’avouer, nous sommes parvenus à exceller dans ces deux domaines. Je pense qu’il n’y a pas de hasard, nous avons appris la patience et la déconnexion, des je dois… il faut…je vais vite…Durant cette semaine, nous avons eu l’occasion de rencontrer et de partager avec différents voyageurs : Allemand, Français, Suisses, Ecossais Certains en backpacker, d’autres en véhicules 4X4 aménagés ou encore camion avec container. Beaucoup ont déjà de multiples expériences de voyage à leur actif.  Cela nous a permis d’obtenir des infos sur le passage des frontières ou des endroits à absolument voir.

Et donc ce jeudi 16 décembre pour parvenir à extraire les caisses de l’aéroport, nous avons dû y consacrer toute la journée, de 9h00 du matin jusque 18h00. Nous avons marché environ 4 km, fait 25 bureaux, dont certains 5 fois et monté et descendu un nombre incalculable de marches. Nous comprenons pourquoi la plupart des voyageurs laissent leur véhicule sur le continent Africain plutôt que  le rapatrier à chaque fois.

Vendredi 18 décembre, ouverture des caisses et remontage, nous sommes guillerets. Fin d’après-midi, les motos sont remontées, nous partons pour un test de mise en jambes sans bagages. Au programme petit parcours dans Nairobi pour s’adapter à la conduite à gauche et surtout au mode de conduite Kenyan. Nous sommes maintenant prêts pour commencer ce voyage.

Nous remercions Jungle Jonction, notre prison dorée, Chris pour le partage de son expérience du voyage ainsi que ses conseils avisés. Diana, son épouse pour les succulents repas.

Chris

Samedi 19 au matin, déjeuner avalé, nous chargeons les motos, ce n’est pas possible que nous ayons emporté tout ce bordel ! Après quelques réglages de chargement, nous sommes prêts pour débuter l’aventure. Une dernière photo avec Chris et nous nous mettons en route. Ouille, les premiers mètres sont déroutants. Avec la charge, un bon 70 kilos, le train avant semble tout léger, la sensation n’est pas très agréable. On a l’impression de chevaucher un hippopotame.

Après quelques kilomètres nous commençons à trouver nos marques et à nous sentir plus à l’aise avec la moto. La conduite dans le trafic nécessite une attention de tous les instants. Tout peut arriver à n’importe quel moment. La largeur des motos équipées des valises n’est pas un atout. Petite vidéo en accéléré pour vous donner une idée

Dès que nous faisons une halte, les gens viennent à notre rencontre pour contempler les motos, prendre des photos et savoir qui nous sommes. A quelque exception près les motos au Kenya sont des 150 cm³made in China. Hakuna et Matata font figure de monstres. Les gens sont avenants, souriants, curieux, ils nous souhaitent tous la bienvenue au Kenya. Une personne rencontrée nous a dit, il faut vivre chaque jour comme si demain n’existait pas. Pas facile d’appliquer cela en Europe mais à méditer. Ils nous proposent immédiatement de l’aide s’ils constatent que nous sommes en difficulté.

Ce jour, j’ai rencontré un jeune enfant qui voyait pour la première fois un homme blanc. Il était à la fois curieux et un peu effrayé, il me regardait avec de grands yeux. Je lui ai adressé la parole pour le mettre à l’aise, il m’a répondu et a souris. C’était particulier comme situation.

Nous passons notre première nuit en camping, comme toutes les nuits depuis que nous sommes en Afrique nous entendons de la musique. En Afrique la vie est une fête et il faut la célébrer.

Dimanche 20 décembre nous nous dirigeons vers le mont Kenya. Les routes se font plus sinueuses et vallonnées avec une végétation abondante et verdoyante. A chaque arrêt nos motos sont le centre d’intérêt, ce sont souvent les mêmes questions qui reviennent : Quel est la vitesse maximale que peut atteindre la moto ? Quelle est la cylindrée ? Combien de vitesses a-t-elle ? combien coûte-t-elle ? Ces échanges sont toujours accompagnés de sourires, de mots de bienvenues et d’encouragement pour notre périple. Ce dimanche soir nous plantons la tente dans un magnifique camp laikipia place tented camp. Un accueil chaleureux de la part de Purity notre hôte de ce soir. Nous resterons finalement deux nuits sur place.

Nous faisons la connaissance de Marco, ce bourlingueur hors norme qui a réalisé le tour de l’Afrique seul à moto (Son compte instagram : marco.motorbike.world.journey), Il est accompagné de son meilleur ami Andi, et de sa compagne Philoména. Nous ressentons un lien d’amitié très puissant entre Marco et Andy.  Après avoir consacré 25 années de sa vie à travailler 16 heures par jours, à l’approche des 50 ans, Marco décide de changer de vie. Il vend sa société et commence une nouvelle vie au Ghana. Il tombe amoureux du pays et entreprend en Allemagne une collecte de biens pour venir en aide aux Ghanéens en difficulté. Il importera trois containers de jouets, vélos et autres objets qu’il distribuera lui-même sur place. Ce n’est pas suffisant pour Marco, il parraine également l’éducation des enfants et va jusqu’à préparer leur avenir en montant une société sur place de manière à créer de l’emploi pour ces jeunes lorsque leur formation scolaire sera terminée. Son objectif, leur donner de l’espoir (chanson hope). Wawwww, quel plaisir immense de partager un moment avec ces belles personnes dont les valeurs humaines sont diamétralement opposées à l’égoïsme ambiant qui règne dans notre bon vieux monde occidental. Nous passons une agréable soirée ensemble autour d’un succulent repas préparé par Philoména. Il y a des rencontres qui laisse une trace indélébile tel un fer rouge, celles-ci en font parties.

Marco, Andy, Philoména vous nous redonnez espoir en l’être humain ! Bigs kiss to you.

J’oubliai, passage mythique de l’équateur, où nous rencontrons une compatriote qui travaille à l’ambassade de Belgique à Nairobi. Petit coucou à elle.

15 thoughts on “Les motos nous rejoignent”

  1. J’adore vous lire ! J’ai le sentiment de redécouvrir l’Afrique à travers vos récits…. Et, outre les souvenirs, ce serait un bonheur d’en vivre d’autres ! Drive safe and enjoy every simple things. Hope you’ll meet my cousin Jürgen Derweduwen in Buja…

  2. Hello les gaillards,
    Cette fois l’aventure a réellement commencé. Un immense merci pour le partage de vos belles rencontres. On vous sent bien dans votre trip. A vous lire… vite.
    Marc

  3. Tout début de votre aventure et déjà tant de belles histoires ! Vous me donnez des frissons de bonheur, tellement de chaleur humaine, c’est extraordinaire! Profitez pour nous et merci pour vos partages!

  4. Quel plaisir de vous lire . C’est super chouette de partager vos péripéties, vous nous sortez du quotidien et de la grisaille.. J’attends à chaque fois avec impatience le prochain article. Profitez. 😁

  5. Je déguste vos commentaires..
    Je sens l’odeur de l’Afrique, l’accueil chaleureux des Africains.
    Nairobi, Nakuru, Mont Kenya cela me rappelle de bons souvenirs.
    Bravo, belle aventure. Bonne route.

    Louis B

  6. Salut Bruno et François,
    Je vois que vous en avez bavé beaucoup d’attendre vos KT adorée (JCP a du serrer les dents) , mais en même temps vous avez déjà fait de très belles rencontres et ça c’est déjà MAGNIFIQUE. Vous en aurez encore beaucoup d’autres. J’en suis sur. Je vous souhaite une belle réussite et un très bon voyage. A bientôt les gars. Je vous souhaite en avance une très bonne année 2022 et faites vous plaisir. A+

    Raph

  7. Coucou les baroudeurs ! votre périple à l’air plein de surprises ! c’est ça l’aventure…Sommes depuis peu en Ouganda où nous avons retrouvé nos amis ! c’est super ici aussi ! Bonne continuation et bonne année ! Marc et Murielle

Répondre à BASTIEN Marc et Murielle Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.